Visite du Musée de LEFLAYE

Visite en 3 partie enregistrée le 14 avril 2008. Le musée Ath Weghlis de LEFLAYE est un projet nouveau qui visie à récolter un maximum d’archives concernant la région d’Ath Weghlis.

L’histoire et la culture y ont aussi leur grande place.

N’hésitez pas à contribuer à ce noble projet, et merci par avance pour la visite.



La Deuxième partie de la visite est là

Et la troisième partie ici

Tags: , ,

Nombre de lectures: 1832 Views

Publié par Samir

Administrateur du site et originaire de Leflaye. Vous pouvez me suivre sur mon blog Hchicha.net, sur mon Twitter ou sur mon Facebook .
Subscribe to Comments RSS Feed in this post

8 Reponses

  1. Azul filakh

    J’ai visité avec grand intérêt votre site et éprouvé une certaine émotion devant les photos de certains El flayois que j’ai connu et dont certains étaient des amis et camarades, à l’image de ton oncle le regretté chahid Mohamed Alem.

    El Flaye compte des personnages illustres, oubliés au niveau du Musée, à l’image de ton grand père, Belatèche Avaouz, homme de culture quadrilingue parlant l’amazigh à la perfection, le français, l’arabe et maniant le latin. Il était Oukil judiciaire, ce qui n’était pas peu pour sa génération. Développant un certain particulisme, très dur avec les siens, il était l’incompris du village. Sa bibliothèque, très riche, localisée dans l’ancienne maison, rachetée, après saisie judiciaire, par Belatèche Idir, a été dilapidée avec son expulsion. En procès pour des questions d’héritage, ses biens ont été saisis par une justice inique, au service des collateurs de l’époque (Caids et autres…). Sa diatribe à la Djemaa d’El Flaye fut resté célèbre par sa richesse et l’emploi d’un vocabulaire particulier. Ahmed Hadjali, Ancien Secrétaire Général de l’UDMA et ancien Ambassadeur, aimait toujours faire référence aux citations de son ami Avaouz.
    Le choix des prénoms de ses enfants, assez particulier pour El Flaye, avec Boumedienne, Bouhamdane et Al Mamoun, fils et successeur du Khalife Harroun, est une illustration de sa vaste culture.

    -TAHRAT Larbi ancien instituteur algérien, Directeur de l’Ecole Jules Ferry et Dirécteur de la publication  » LA VOIX des HUMBLES,  » dont le siége était à Constantine.

    Il participe en 1922 à la fondation de ce bulletin de l’Association des Instituteurs « indigènes » dont il deviendra le secrétaire général en 1925, et en 1924 à la fondation de l’Amicale des citoyens français d’origine indigène, lancée à Constantine par le docteur Taïeb Morsly, et dont il deviendra vice-président en 1930. Son fils, Abdelkader, fut le premier aviateur formé par la révolution algérienne. Ne disposant pas d’avions, à l’époque, l’Algérie, en lutte, l’a mis à la disposition du Président Egyption Nasser, pour servir de pilote personnel.

    Le village a donné beaucoup de cadres à la révolution algérienne, tout comme il a participé activement à la gestion du pays à travers ses commis de l’Etat, hommes de qualité, toujours dévoués à la chose publique.

    Je serai un peu plus bavard la prochaine fois, avec d’autres commentaires sur ce village si attachant et l’évocation de ses illustres enfants.

    Salutations fraternelles.

    Bouakaz

  2. Azul filakh,

    J’ai visité avec grand intérêt votre site et éprouvé une profonde émotion en voyant les photos de certains El flayois que j’ai connu et dont beaucoup étaient des amis et camarades, à l’image de ton oncle, le regretté chahid Mohamed Alem.

    El Flaye compte des personnages illustres, omis au niveau du Musée, à l’image de ton grand père, Belatèche Avaouz, homme de culture polyglotte, parlant l’amazigh à la perfection, le français, l’arabe et maniant le latin. Il était Oukil judiciaire, ce qui n’était pas peu pour sa génération. Développant un certain particulisme, très dur avec les siens, il était l’incompris du village. Sa bibliothèque, très riche, localisée dans l’ancienne maison, rachetée, après sa saisie judiciaire, par Belatèche Idir, a été dilapidée avec son expulsion. En procès pour des questions d’héritage, ses biens ont été saisis par une justice inique, au service des collaborateurs de l’époque coloniale (Caids et autres…). Sa diatribe à la Djemaa d’El Flaye, à l’occasion du règlement d’un différent, fut restée célèbre par sa richesse et l’emploi d’un vocabulaire particulier. Ahmed Hadjali, Ancien Secrétaire Général de l’UDMA et ancien Ambassadeur, aimait toujours faire référence aux citations de son ami Avaouz.
    Le choix des prénoms de ses enfants, assez particulier pour El Flaye, avec Boumedienne, Bouhamdane et Al Mamoun, fils et successeur du Khalife Harroun Al Rachid, est une illustration de sa vaste culture.

    -Le Musée devrait également s’intéresser à TAHRAT Larbi, Instituteur, Directeur de l’Ecole Jules Ferry et Directeur de la publication ” LA VOIX des HUMBLES, ” dont le siége était à Constantine.

    Il participe en 1922 à la fondation de ce bulletin de l’Association des Instituteurs “indigènes” dont il deviendra le secrétaire général en 1925, et en 1924 à la fondation de l’Amicale des citoyens français d’origine indigène, lancée à Constantine par le docteur Taïeb Morsly, et dont il deviendra vice-président en 1930. Son fils, Abdelkader, fut le premier aviateur formé par la révolution algérienne. Ne disposant pas d’avions, à l’époque, l’Algérie, en lutte, l’a mis à la disposition du Président Egyptien Nasser, pour servir de pilote personnel.

    Le village a donné beaucoup de cadres à la révolution algérienne, tout comme il a participé activement à la gestion du pays à travers ses commis de l’Etat, hommes de qualité, toujours dévoués à la chose publique.

    Je serai un peu plus bavard la prochaine fois, avec d’autres commentaires sur ce village si attachant et l’évocation de ses illustres enfants.

    Salutations fraternelles.

    Bouakaz

  3. l’exploitation des noms de martyrs de novembre a des fins de rehabilitation de certains individus en mettant au devant de l’ecran des images de nos valeureux combattants qui helas leur sont proches mais hai de leur vivant temoigne de la volonte de se refaire d’abord une conscience puis attenuer le deficit de reconnaissance sociale.Mais ou sont les matyrs d’IZGHAD et d’AIT DAOUD dans ce musee?pourquoi les autorites locales n’ont pas ete associees a cette oeuvre?Quant a faire l’eloge de l’oukil judiciaire BELATECHE AVAOUZ il peut continuer a chanter en latin chez BELZEBUTH.

  4. Je remercie le commentateur qui a signé Bouakaz plus haut. Effectivement cette initiative doit etre soutenue et surtout enrichie. Nous pouvons rester dignes et fiers, en gardons un minimum de niveau et en initiant des débats digne de ce nom.

    >>> Au commentateur qui a signé « Beka » , je tiens à vous préciser que je suis biensur tres décue par cette salve de haine, vomie ici sans raison valable.

    Je vois aussi que la haine familiale et la jalousie continue à ranger certains coeurs vides ou plutot plein de haine gratuite.

    ps: Ce site enregistre les ip et les adresse mail des commentateurs. Pas la peine donc de se masquer deriere un faux nom pour venir s’exprimer ici. Cette insulte, en dit long sur le déshonneur dans lequel vous avez baigné toute votre vie.

    Belateche AVAOUZ est un homme qui a vécu toute sa vie digne et qui est aussi mort DIGNE.

    Sachant que la dignité n’est pas le fort de certains, je comprends alors la haine qui est dégagée dans ce commentaire.

    A bon entendeur

    Samir Belateche
    Administrateur du site

  5. A l’aimable attention de Monsieur Bekka, en réponse à son message sur le Musée de Culture et d’histoire d’El-Flaye, ces deux citations de deux Grands Hommes qui ont marqué l’histoire de l’humanité.

    En opposant la haine à la haine, on ne fait que la répandre, en surface comme en profondeur.
    [Gandhi]

    La haine trouble la vie ; l’amour la rend harmonieuse. La haine obscurcit la vie ; l’amour la rend lumineuse.

    Martin Luther King (Prix Nobel de la Paix)

    Je voudrais dire au frère Bekka que rien ne lui interdit d’honorer les héros d’Izhad et de Ait Daoud. Les Aît-Oughlis ont eu une conduite exemplaire pendant la guerre de libération. Il y’a eu, bien sur, quelques harkis qui se comptent sur le doigt d’une main, mais dans les trois douars qui composent la Confédération de douars des Ait-Oughlis, à savoir Ait-Mzal, Tiouririne et Ait Oussameur, aucun village n’a constitué de harka ou de groupes d’autodéfense au service de l’ennemi.
    Je tiens à préciser que je ne suis pas d’El-Flaye et n’ai aucun lien de parenté avec les Belatèche.

    Bouakaz

    Ps : Je vous recommande vivement le site intéressant de Slaouti Belaid du village d’Ait Daoud « http://www.ait-daoud.dzblog.com/ »

  6. avez vous besoin de faire parlerMr Bouakaz a votre place pour assurer je ne sais quelle legitimite historique aux cotes de glorieux martyrs de la revolution de votre grand’pere.mais le ridicule ne tue pas.malheureusement vos veines charrient la haine et la servitude sedimentees ce qui ne favorise pas du tout votre reconciliation avec l’humanisme.C’est un heritage dangereusement transmissible et notre famille en a subi les consequences malgre toute l’affection dont vous aviez ete entouree.pour essorer le diable en vous il faut emporter l’epiderme.Ayez l’honnetete de retirer les miens de ce musee qui appartiennent a DIEU

  7. Comme vous dites, heureusement que le ridicule ne tue pas.

    Je ne sais pas qui est Mr Bouakaz, mais il a juste le droit de s’exprimer normalement sur ce site. Lui au moins n’a pas deversé sa haine bete et mechante.

    Pourquoi vous ne signez pas de votre vrai nom? hein? Pas le courage d’assumer ses bétises?

    Je me repete mais je suis gravement déçu par autant de betises de votre part. La jalousie et la haine transparaissent clairement dans vos messages, moi qui vous ait toujours respecté. Mais il est vrai qu’il faut donner aux gens que ce qu’ils meritent. Et là vous êtes tout en bas de l’echelle, et j’ai peur pour vous que c’est trop tard, vous ne pourrez plus remonter des bas fond où vous êtes cloué.

    Ayez au moins le courage de signer par votre nom, les gens jugeront d’eux même de la valeur et du crédit à donner à vos propos idiots.

    ps: Je ne suis pas responsable de ce musée, et au lieu de venir pleurer ici vos doléances, orientez vous plutot vers les gens responsables de sa gestion.

    A part ça, je vous informe que j’arrête de vous répondre, car au fond et finalement, je vous ai trop respecté, et vous ne le meritez vraiment pas.

    A dieu

    Samir Belateche

  8. ma famille a toujours siege de tres haut et vous ont fait partage le sens de l’honneur de la dignite et de notre humanisme reconnus.nous n’avions recolte que l’ingratitude le mepris et des querelles de basse besogne et avec des temoignages vivants.Vous n’etes pour rien certes mais a tavers vos reponses les germes de cette haine vous ont ete bien transmis.je vous adresse les memes respects que ceux temoignes a mon endroit.Encore une fois les parents immediats appartiennent a la memoire collective de la famille d’abord et exceptionnellement a un etat reellement democratique issu de la continuite historique du F F S historique.ADIEU.

Add Comment Register



Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*