List/Grid

Ils l'ont dit ... Subscribe to Ils l'ont dit ...

Amours de ma vie …

Amours de ma vie …

Amours de ma vie, amours avec un s, on ne l’entend pas le s, parce qu’il est léger comme une pensée… Amour des mots, comme des murmures chaleureux soufflés au… LIRE LA SUITE »

Amours de ma vie, amours avec un s, on ne l’entend pas le s, parce qu’il est léger comme une pensée… Amour des mots, comme des murmures chaleureux soufflés au... LIRE LA SUITE »
Je suis l’oubli…

Je suis l’oubli…

Il arrive que certains écrivent et marquent leurs corps d’images et de mots pour me défier. Moi sans effort, je laisse libre cours au sablier qui leur est dédié. Les… LIRE LA SUITE »

Il arrive que certains écrivent et marquent leurs corps d’images et de mots pour me défier. Moi sans effort, je laisse libre cours au sablier qui leur est dédié. Les... LIRE LA SUITE »
Na Baya Tazahrirt nous a quittés (hommage)

Na Baya Tazahrirt nous a quittés (hommage)

Association culturelle EL-FLAYE-Savoir et Patrimoine Na Baya Ouzahrir nous a quittés Na Baya, tu es partie et tu as laissé beaucoup d’orphelins derrière toi. Nous sommes inconsolables. Ta perte est… LIRE LA SUITE »

Association culturelle EL-FLAYE-Savoir et Patrimoine Na Baya Ouzahrir nous a quittés Na Baya, tu es partie et tu as laissé beaucoup d’orphelins derrière toi. Nous sommes inconsolables. Ta perte est... LIRE LA SUITE »
La femme nue du colonialisme (témoignage)

La femme nue du colonialisme (témoignage)

Une photographie et quelques mots.

Une photographie et quelques mots.

La mer ressemble au désert. Quand le regard se tourne vers la montagne, la mer reste pourtant bien visible, même si on ne la voit pas. Elle patiente, frissonne et… LIRE LA SUITE »

La mer ressemble au désert. Quand le regard se tourne vers la montagne, la mer reste pourtant bien visible, même si on ne la voit pas. Elle patiente, frissonne et... LIRE LA SUITE »
Un instant, un jour seulement… Rabah Bellili.

Un instant, un jour seulement… Rabah Bellili.

Tâtonner du bout du pied, le chemin ou la rue, de peur qu’ils ne se dérobent, la démarche instinctive et craintive, parfois inquiétante et crispée… Pour avancer, un pas après… LIRE LA SUITE »

Tâtonner du bout du pied, le chemin ou la rue, de peur qu'ils ne se dérobent, la démarche instinctive et craintive, parfois inquiétante et crispée... Pour avancer, un pas après... LIRE LA SUITE »
Regards tranquilles sur ma vallée… Rabah Bellili

Regards tranquilles sur ma vallée… Rabah Bellili

Sous le chemin, un caroubier accroché à la pente bien accentuée. Un peu plus en dessous, en contrebas, sur deux rangées en escalier, les grenadiers de mon grand-père, près de… LIRE LA SUITE »

Sous le chemin, un caroubier accroché à la pente bien accentuée. Un peu plus en dessous, en contrebas, sur deux rangées en escalier, les grenadiers de mon grand-père, près de... LIRE LA SUITE »
Ecritures d’éxil par Rabah BELLILI

Ecritures d’éxil par Rabah BELLILI

El ghorba, c’est un mot chargé de sens, de nostalgie, de fatalité, d’espoirs,  de désespoirs, d’oublis, d’absence, de doutes, de certitudes,  d’impuissances, de souffrances, de solidarités, de joies, de tristesses, de mémoire… LIRE LA SUITE »

El ghorba, c’est un mot chargé de sens, de nostalgie, de fatalité, d’espoirs,  de désespoirs, d’oublis, d’absence, de doutes, de certitudes,  d’impuissances, de souffrances, de solidarités, de joies, de tristesses, de mémoire... LIRE LA SUITE »
Souvent je me souviens – Rabah Bellili

Souvent je me souviens – Rabah Bellili

Dans la distance de la vie et  de l’exil,  souvent je me souviens. Je pense à avant, il y a longtemps maintenant. Une image me revient parfois. Les mains de ma mère… LIRE LA SUITE »

Dans la distance de la vie et  de l’exil,  souvent je me souviens. Je pense à avant, il y a longtemps maintenant. Une image me revient parfois. Les mains de ma mère... LIRE LA SUITE »
On reconnaît l’hiver… Rabah Bellili

On reconnaît l’hiver… Rabah Bellili

On reconnaît l’hiver aux cheminées qui fument, aux flammes dansantes et aux braises incandescentes. Ainsi qu’à la buée de nos souffles et aux frimas qui engourdissent nos doigts.Au soleil qui… LIRE LA SUITE »

On reconnaît l'hiver aux cheminées qui fument, aux flammes dansantes et aux braises incandescentes. Ainsi qu'à la buée de nos souffles et aux frimas qui engourdissent nos doigts.Au soleil qui... LIRE LA SUITE »