Chellata. Festival de la figue de Barbarie Akarmousse, un fruit aux multiples vertus

L’olive, la figue et le miel ayant déjà leurs fêtes annuelles respectives, il ne manquait que la figue de Barbarie, communément appelée «akarmousse» en Kabylie et «el hendi» dans les autres régions du pays, pour compléter la liste des produits du terroir à célébrer.

L’association culturelle Tanekra et le collectif de recherche Nopal viennent de franchir le pas en lui dédiant la première édition d’un festival organisé du 23 au 25 août à l’école primaire Tekkous Mouhoub de M’liha, dans la commune de Chellata. Les visiteurs de l’exposition réservée à ce vénérable fruit comestible en ressortiront la lanterne éclairée en découvrant, pour la plupart, les qualités qu’ils ne lui soupçonnaient guère auparavant. Ils apprendront, en effet et mine de rien que le figuier de Barbarie et son fruit ont des vertus thérapeutiques nutritives, agricoles, esthétiques et cosmétiques.

«La consommation de la figue de Barbarie réduit le taux de glucose, de cholestérol et de triglycérides dans le sang. Les diabétiques peuvent donc en consommer», affirme Fergui Mustapha, président de Tanekra. Loubar Sofiane, membre du collectif de recherche baptisé Nopal, nom du figuier de Barbarie mexicain, d’où cette plante arborescente est originaire, nous fait remarquer pour sa part que «l’huile extraite de ce fruit riche en vitamine C et minéraux est utilisée dans l’industrie cosmétique pour ses qualités antirides». Il ne s’agit pas seulement donc d’un quelconque fruit sauvage que l’on peut cueillir librement un peu partout et revendre aux routiers pour gagner un peu d’argent de poche.

L’huile qui en est extraite est reconnue pour ses qualités hydratantes, nourrissantes et adoucissantes de par sa richesse en acide gras polyinsaturés et en vitamine E antioxydante. Le figuier de Barbarie est planté pour servir aussi de haie défensive, de barrière coupe-feux et de plante de jardin ornementale.

Tourisme de montagne

«Outre la sensibilisation de la population sur la nécessité de préserver ce cactus utile dans la lutte contre l’érosion des sols et ses multiples vertus, nous nous sommes assignés d’autres objectifs visant à utiliser le village ancestral de M’liha comme site à découvrir pour encourager le tourisme de montagne», ajoutera M. Fergui. Lors de ce festival, les organisateurs ont exposé dans les salles de classes de l’école des outils traditionnels, des plantes médicinales, des photos et des prospectus informant les festivaliers sur toutes les caractéristiques du figuier de Barbarie et de son fruit charnu. Une projection vidéo et une conférence animée par Dr Bessaou, traitant du même thème, étaient aussi au programme.

La cueillette et la découpe du «karmousse» se font avec précaution à cause des épines qui le recouvrent. Savoureux et parfumé d’arome floral subtil, ses amateurs le préfèrent très frais et en font, parfois, des jus et des confitures. A consommer, toutefois, avec modération pour s’éviter une éventuelle occlusion intestinale, car la figue de Barbarie est connue pour être un constipant recommandé pour les sujets souffrant de diarrhées aiguës.

H. Aït El Djoudi
EW le 29.08.11


Nombre de lectures: 3482 Views

Publié par Samir

Administrateur du site et originaire de Leflaye. Vous pouvez me suivre sur mon blog Hchicha.net, sur mon Twitter ou sur mon Facebook .
Add Comment Register



Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.