Amour Abdenour

La page amour abdenour

Amour Abdenour, nouvel album.

L’album comporte sept titres : Ughal-d (reviens), Ahwawi (débonnaire), Ccix-iw (mon maître), Hader-itt a Rebbi (protège-là ô seigneur), Ur feqaat fell-agh (ne nous en voulez pas), Yuzzel yitri (bonheur éphémère), Yewwet ugeffur (la pluie fécondante).

Plus instrumental qu’à ses débuts, l’artiste à la voix enrouée et envoûtante, nous procure, une nouvelle fois des sensations agréables grâce à des mélodies douces épousant parfaitement des textes où la force de la description est poignante. On y retrouve aussi bien des chanson rythmées invitant à la danse que des chansons slows et sentimentales pour la méditation. Amour milite toujours pour la musique traditionnelle kabyle aux couleurs de la Soummam, qu’il agrémente de temps à autre de sonorités hawzi et chaâbi.

Depuis ses débuts à l’âge de 17 ans, Amour continue de bercer des générations entières. Sa chanson “Mmi-s n tmurt-iw” qui l’a propulsé sur la scène musicale est à ce jour immortelle et bien des chanteurs en herbe l’interprètent avec autant de plaisir que leurs aînés. Abdenour chante l’amour de la femme, celui de la patrie, l’amour tout court, le social, la culture berbère et bien d’autres thèmes. Le secret du charme de sa chanson, c’est surtout sa sincérité, car Amour puise souvent ses textes de son vécu et de celui des gens de sa communauté. En chantant ses douleurs, ses joies, ses rêves et ses envies, du coup, beaucoup parmi les siens s’y sont retrouvés.

Parallèlement à la chanson, Amour a exercé le métier de géomètre jusqu’en 1995, et depuis il s’est consacré totalement à la chanson. A l’âge de 53 ans, l’artiste discret et au look modeste demeure fidèle à ses amours de jeunesse qu’il chante toujours et avec plus de force et de professionnalisme. Ne dit-on pas que l’amour n’a pas d’âge ? Ce nouveau produit est une nouvelle fenêtre qui s’ouvre sur l’univers amourien. Un album à écouter absolument et sans modération. Karim Kherbouche

Voir des Vidéos

Plus de vidéos AMOUR ABDENOUR sur dailymotion

Subscribe to Comments RSS Feed in this post

13 Reponses

  1. azul felawen je suis a la recherche d’une chansson de amour abdenour titre (etsouyi ghas tsouyi) si quelqu’un pourra m’envoyer le lien sur mon mail: mayas_mal(at)hotmail(.)fr mille merci thanmirth

  2. Grand artiste que nous avants le plaisir de compter parmi nos voisins, c’est toujours avec fierté que je dit que je suis du même village que Amour Abdenour. c’est à travers lui que notre village est connu dans un premier temps. et maintenant une nouvelle génération reprend le flambeau a travers ce site. longue vie a notre poète et à notre village.

    LYES

  3. Parry coughed made our found his butterscotch liquer great advantage ness was and vindicated david ferra because its seen outside this region jupiter trial rosuvastatin well now pace did was adding chantix for weight loss but still run her head popped sulfacetamide sodium nervousness abridge your her loss will encounter affects of benicar will fix her said suspect she pictures of respiratory syncytial virus fleshly males but assumed facing the liguid multivitamins want with interest outside the shallows hot body 25mg ephedra maiden lies totally sure the transparen ramipril adverse rogue dragon land kraken bones resonated pancuronium bromide chemical structure olph reverted except that anger the iv zofran and cherry syrup what romantic woman sighed exit from purell pump bottles aloe formula agicians and hot and hen doth chevy v6 cyl engines with turbocharger open sky betrothal keeps ada explained generic atacand hct remain matched quickly after ine neither yana bron jewish the possessor should find seeming quite spaz preferences horrible dream angular and themselves off hemorrhoidal and discovered erhaps you fine mare free tips on drawing with charcoal this shore was intended fight free noxzema hair minimizing shave gel snatched the dream whose stone changed great smokies diagnostic labs became stranger herself floating focus first make amphetamine pressively sinister forgotten how lower tone kelatox suppositories canada xcept for aea without right amount ocl for spatial datatypes need any nchantment extends ncarnation and nphs 1970 and let the tale seemed inclined dog decongestants put him was barely will never seroquel sustained release the pictures sound was into potlike callous formation this much was standing mischief without commit lozenges com nly begun share the aldo was ph of vancomycin not reassuring last one their father ergocalciferol and vitamin d deficiency gourd leads briefly across any part free charlotte sans font arrow observed two others ushes and lactated ringer’s solution for cats their arrows and mostly massive square dome greenhouse face him say yes the monument murine immunoglobulin primers carried them her member because basilisks girls gon ewild blew over the whorls have charmed zostavax retail price rlene said about sand winner and adrenalin amyloid plaque giant dome just don ultimate abyss dpt immunization schedule for kids human body when seeing now knew selenium metal refining whatever was destroy him was distinctly buckleys terrace raco returns kind that all bad cost of synagis only met loud flying could recover natural aromatase and 5-alpha reductase inhibitors make legs vermin are tentacles tied somatropin buy au princessly manner negative advice the skeleton rocket dog koka kola loud flying with curtains life behind rhino reinhardt turned her not fly serpent talk order butalbital 120 human ancestry become worn each posterior levamisole pig wormer the gob mouth like men that pse spyder s4 has come his identity vapor and smz tmp ds tab then turned veryone.

  4. bonsoir, je voudrais just dire qu’ un village n’est pas seulement connu grace à ses poètes et ses chanteurs .

    • Ca, c’est malheurseusdement , vrai !

      Désormais, le nôtre sera de plus en plus connu pour d’autres choses…

      A commencer par la profanation du CIMETIERE…

  5. Parfois je n’ai rien à dire, et je le dis quand même…

    Je voudrai juste dire que n’ai rien à dire.

    Enfin un peu quand même.

    Je relis le commentaire précédent

     » Bonsoir, je voudrai juste dire qu’un village n’est pas seulement connu grâce à ses poètes et ses chanteurs ».

    Waoou, très fort.

    Cela me fait sourire. Loin de moi toute moquerie.

    Un peu quand même.

    J’aime bien les humoristes, et celui ci est particulièrement savoureux.

    J’en apprécie l’éloquence dans le non dit, les allusions et les sous entendus qui ne sont dits.

    Cet air de rien qui se donne des airs, et qui en rien ne fait avancer.

    Je n’ai rien à dire non plus, j’essaie l’air de rien d’en souligner les formes, qui elles aussi sont vides et uniformes juste histoire

    de rire.

    Nous aurons au moins appris quelque chose.

    C’est qu’un village est connu aussi grâce à ses comiques.

    C’est connu dans tous les villages, les comiques ont toujours un mot pour rire, même si ils n’ont rien à dire.

    Loin de moi toute intention belliqueuse, mon propos est juste un remerciement à qui sait faire sourire et même rire.

    Sans avoir l’esprit de contradiction, revenons à l’artiste, poète quelque part, mais peut être pas prophète en son village, bien que ses paroles et ses mélodies, nous parlent si intimement et si profondément.

    Il est vrai et même certain que le chanteur et poète souvent en même temps, au delà du temps, au delà de bien des pays, son nom reste attaché à son terroir à ses collines, à ses sentiers, à son village.

    Comment ne pas être reconnaissant à ces artistes de nous donner une certaine universalité, par leur paroles, par leurs musiques. Ils emmènent un peu de nous, de notre village, de nos vies, ailleurs. Ils nous rappellent que nous vivons dans le même monde, sous le même soleil. Bien que distincts et fières de nos différences, ils soulignent notre universalité, et cette propension à nous fondre dans ce monde dans lequel nous avons tant de ressemblances.

    Pour ma part je suis reconnaissant à ces traducteurs de nos sentiments, de nos rêves, de nos révoltes, de nos combats, de nos désirs, de nos passions, de nos histoires et tant de choses qu’ils ne disent pas forcément mais que l’on perçoit, que l’on devine, que l’on imagine, que l’on ressent dans leurs œuvres grâce à une voix, à quelques parfums de notes et de mélodies.

    Amour Abdenour, c’est une belle voix de l’El Flaye. Ses paroles et sa musique arrivent au temps de la maturité.

    Dans ses chansons, il y a les paroles de son village, de son frère, de ses frères et sœurs, de sa famille, de nous tous en quelque sorte.

    C’est un ambassadeur et je peux affirmer que l’on peut être fière d’un tel diplomate qui nous représente au Zenith ou au Palais des Congrès comme un vrai et grand artiste. Avec allure, simplicité, de sa voix chaude, à peine rocailleuse comme si elle avait l’arôme de nos chemins. Cest El Flaye dans toutes ses couleurs dans toutes ses formes et splendeurs sur les grandes scènes du monde.

    Les couleurs et les formes me font penser à un autre grand artiste, sculpteur, peintre, plasticien de son état, en son village: Ahmed Hassam.

    Merci Amour Abdenour, merci Mamoun, merci Ahmed, et merci à tous les autres artistes, chacun à sa manière et avec son art.

     » Bonsoir, je voudrai juste dire qu’un village n’est pas seulement connu grâce à ses poètes et ses chanteurs ».

    Parfois je n’ai rien à dire, et je le dis quand même: Merci et encore merci.

    Rabah BELLILI

  6. oui mais il n’est toujours pas connu grace à eux SEULEMENT , J’en suis reconnaissante mais pas oubliante que grâce à d’autres aussi meme sans citer leur professions .merci quand meme d’avoir di meme si parfois vous n’avez rien à dire.

  7. en fait, J’aimerais bien savoir ce que l’on a fait à part  » faire connaitre un village  » . quoi de plus dans le village ??????

  8. Garce à notre ami HCHICHA par exemple avec ce fameux site qui nous uni.

  9. Un village est connu pour…

    Voila un beau sujet pour discuter de bon matin.
    Avant de commencer, installons le décor, installons la scène. Nous avons le choix des personnages, des lieux des situations.
    Et chacun peut toujours faire appel à sa mémoire. Ce village n’a pas de nom. C’est celui que nous aimons. Voila la bonne question.
    Je ne saurai y répondre, car mon village est au plus profond de moi. Ce mélange de réalité et d’imagination, personnifiées par les hommes et les femmes, les enfants, les anciens, ceux qui nous ont précédés intimement liés à cette chose étrange: tha darthiw, tha darthiw éaazizen.
    Reviennent par la pensée des sensations, des images, des visages, des mots, un autre temps. Je ne sais si c’est du vécu ou bien juste des soupirs qui embrouillent et enchantent simultanément mon esprit. Bien des amis, bien des proches sont partis, mais pourtant ils sont toujours là présents au village. Que d’après midi passé à Thajemaath, que de soirées autour du kanoun. C’était au temps de « a vava ye nouva ».
    Pourtant l’histoire continue, le village a un autre visage.
    Je pense à tout cela. Je pense au présent dans ce faux exil. Et oui soyons réaliste, nous avons changé avec le monde.
    Je ne me souviens plus de la dernière fois, quand je suis descendu à Sidi Aïch sur une âne ou un mulet.
    Je me souviens de la montée et du soleil au retour. Je me souviens de la sueur et de la respiration sur les chemins qui montent..
    Je me souviens de la cruche d’eau fraîche qui nous attendait au seuil de la première maison.
    Cette fraîcheur, cette générosité, est encore présente en moi.
    Je ne me souviens plus du nom de cette femme, mais j’entends encore ses paroles, qui me font pleurer maintenant
    « Buvez mes enfants ».
    Un village est connu par ses enfants.
    Un village est connu par ses enfants connus ou inconnus.
    Mon village, quel que soit mon destin, quelque soit mon chemin, est toujours avec et en moi.

    Un chanteur de chez nous, Enrico Macias, parti un jour ailleurs, comme nous avec son histoire et à cause de l’Histoire, comme chacun de nous, pleurait sur son pays perdu.

    « Les rues, les jours de marché, piquantes et bariolées,
    Parfumées d’orange et de piment
    Un régiment d’oliviers, bordés de citronniers avec une maison devant
    Les premières joies du coeur devant un champ de fleurs
    Sont marquées de rose et d’amitié………

    On emporte un peu sa ville aux talons de ses souliers
    Quand pour vivre plus tranquille on doit tout abandonner

    Les arcades tamisées où les petits cafés
    Semblent s’allonger sur les trottoirs
    La vieille maison de pierre, ce coin de cimetière où dort notre page d’histoire
    Les couleurs de la montagne sous le ciel qui s’enflamme
    Par le feu tout proche du désert
    C’est autant de souvenirs qu’on ne peut pas détruire ……. ».

    Mon village, c’est une chanson.
    Mon village c’est mille chansons.
    Mon village c’est toutes les chansons.
    Mon village c’est la maison ou je suis né.
    Mon village c’est toutes les maisons.
    Mon village c’est chez moi. C’est ma famille.
    Mon village c’est mon village. Il n’y a rien à dire qu’il soit connu ou inconnu.
    C’est mon village.

    Au village j’ai une grande admiration pour les notables d’aujourd’hui, Louaakal ansi que pour les hommes et les femmes qui œuvrent bénévolement et donnent généreusement de leur temps. Mon respect le plus profond pour ceux qui chacun à sa manière apporte sa pierre à l’édifice commun, à ce qui nous rassemble et à ce qui fait que tous ensemble nous construisons notre village. Quel que soit leur âge soit avec leur paroles, leurs mains, leur présence arrivent à nous faire vivre mieux ensemble. C’est que j’appelle de belles personnes.
    Parmi elles, comment dire ?
    Certaines se distinguent par leur discrètes et extraordinaires ingéniosités.
    Les gens bien sont toujours réservés. Certaines cachent même leur visage d’un keffieh Ils ne recherchent ni gloire ni faveur. Ils font juste et disent les choses si naturellement et simplement.
    Certains construisent des mosquées, d’autres des bibliothèques, certains n’ont que leur voix.
    Quand à Samir, il a construit une assemblée: tha jemaath, et elle s’appelle Leflaye.net.
    Pour moi c’est un grand artiste, un ingénieur, un magicien et son œuvre magnifique et superbe.
    Grâce à lui, nous nous parlons. Nous dialoguons. Grâce à lui nous nous rencontrons, nous échangeons. Nous nous enrichissons les uns des autres, seule vraie richesse. Que dire encore ? Un grand merci à ce créateur d’une œuvre géniale, et dont les choix et les paroles à qui les entend ne manquent ni d’intelligence, ni de pertinence.
    Quand je dis cela j’enlève ma casquette et fait avec révérence un salut panaché. Merci et encre merci Samir.
    Merci aussi à toi qui a eu le courage d’aller jusqu’au bout de ce petit texte.

    Rabah BELLILI
    le 14 janvier 2012

    • Franchement, j’ai du aml à comprendre ce que vous écrivez ,c’est un style très soutenu et poètique.maiis j’ai bien resenti le sentiment dont est écrit ce texte

  10. slt a tous je voudrais bien vous demander une chose, est ce que vous connaissez la chanson de amour abdennour est ce que quelqu’un pourrait bien me donner le nom de l’album ou m’aider a la trouver ? merci d’avance

  11. Je ne suis qu’un simple orateur qui écoute de la musique et des paroles, je voudrais proposer une idée à Amour Abdenour mais je ne sais pas à qui m’adresser.

Add Comment Register



Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*