mer. Oct 16th, 2019
Tedeschi Marguerite "Femmes de Aît Hachem", Kabylie 1913, Huile sur toile 80 x 100 cms

Tedeschi Marguerite "Femmes de Aît Hachem", Kabylie 1913, Huile sur toile 80 x 100 cms

Je me souviens de la fontaine.

Je me souviens de la fontaine.

Impressions et émotions, instants passés,fraîcheur partagée, rires et confidences, visiteurs et visiteuses de tous âges et à toutes heures du jour et même de la nuit… 

À chacun, chacune, ses souvenirs, ses sentiments et son intimité avec la fontaine.

Je me souviens aussi des cruches sur le dos des femmes, parfois même pieds nus, nos mères et nos soeurs, nos cousines, nos tantes et nos voisines…

Je me souviens des couleurs, des visages et des images.

Je me souviens, tout comme toi…

La fontaine, un lieu de récréation, de réserve et de pudeur aussi…

Je me souviens. Elle était si belle, miroitante dans la mémoire comme des reflets d’autres temps, d’autres vies…C’était bien nous pourtant, mais comme si nous étions autres.

Un des effets du temps, pour ne pas dire de l’âge.

Je me souviens de tant et tant, mais je n’en dirai rien. 

Les yeux fermés je revois et j’entends fontaines et mirages d’avant   comme si c’était hier ou bien un peu avant.

Rabah BELLILI

Le 06/06/2017 Texte d’après une fontaine d »Amagaz , Groupe visages et paysages d’Amagaz.
Ecrit dans la salle d’attente chez le médecin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *