dim. Oct 20th, 2019

Ninisse la petite Berbère de Fatima Kerrouche

Voyage féerique au pays des merveilles
Note de lecture : Ninisse la petite Berbère de Fatima Kerrouche

Les éditions « hibr » ont publié, il y a deux ans un roman sous la forme d’un conte merveilleux remarquablement écrit par une immigrée algérienne Fatima Kerrouche qui vit dans le sud de la France et qui assure un poste de cadre à la Direction de l’éducation de la ville de Montpellier et qui se distingue par une double formation dans les domaines juridique et littéraire.
Les éditeurs ont eu la bonne initiative de publier dans le même ouvrage les versions françaises et berbères avec la graphie latine ce qui suppose une intention toute particulière de faire accéder la lecture du livre au lectorat d’origine.
Le roman qui fait transparaître dans sa trame composée de quatre chapitres un univers magique se lit comme un conte initiatique avec pour personnage central, la voix intérieure d’une petite kabyle qui s’exprime comme une adulte et dont l’auteur conserve dans son écriture atypique, ce qui est fort appréciable dans ce livre qui se lit d’un trait, aussi bien sur le plan formel que sur celui du contenu cette aura singulière de candeur et d’espièglerie propre aux enfants de cet âge qui du reste n’est pas mentionné de façon explicite.
Dès les premières lignes, Ninisse la malicieuse petite fille nous introduit dans un récit à la première personne dans son monde féerique du moins qui apparaît comme tel sous l’impulsion de la plume qui écrit et compose le personnage. On a l’impression que les expressions employées dans le texte sont à mi-chemin entre la parole de l’enfant qui avec ses pensées étranges grandit au fil du roman en basculant brusquement dans le monde des adultes tout en conservant cependant cette sorte d’innocence et de gratuité du verbe.
Ninisse est quelque part à Paris comme une petite princesse dans un bel appartement choyée par Gidda, une grand-mère formidable qui lui confectionne des galettes de semoule au miel, des crêpes kabyles ou adhajine, lui parle dans sa langue d’origine parce qu’elle ne parle pas le français et l’emmène voir des animaux au zoo.
Autre personnage qui gravite dans la vie de la petite berbère c’est Jeddi, ce grand-père qu’elle affectionne par-dessus tout qui lui raconte tous les contes kabyles de Sidi Aïch avec les formules magiques que l’enfant écoute religieusement au point d’imaginer qu’elle peut voyager en rêves entre les deux rives de la méditerranée pour rejoindre les montagnes et vallées de Kabylie et traverser la Soummam pour s’approcher comme dans les légendes qu’on lui raconte du livre de la vie, cet objet inaccessible qui renferme tous les secrets de l’existence humaine . Puis au détour d’un chapitre le récit prend une autre tournure dans l’écriture, la petite Ninisse est transportée par ses parents à Marrakech sur la place Djemaa el Fna.
Elle y fait la connaissance d’un jeune garçon Si Mohamed emmitouflé dans une gandoura, un ami qui va lui faire découvrir le parfum exotique de la cité impériale avec ses multiples épices odorantes, ses charmeurs de serpent, ses baladins, ses jongleurs, ses diseuses de bonne aventure qui envoûtent la petite Ninisse lorsqu’elle traverse la place et écoute sur son passage les sons grave des cymbalettes et des rythmes des tambours . Son jeune ami aux boucle brunes et son regard pur est un Berbère comme elle, il vit avec toute sa famille dans la médina et décide le lendemain de leur rencontre de l’emmener dans la vallée de l’Ourika nichée dans les montagnes sur le Haut-Atlas.
C’est à ce point du récit que le roman prend véritablement l’aspect d’un conte merveilleux. Fatima Kerrouche qui déborde dans ce livre fantastique d’un imaginaire qui vous surprend à chaque page que vous lisez, vous fait voyager à l’instar de ces deux personnages qui traversent des contrées sur des tapis volants , aux confins de l’écriture vers la connaissance presque juvénile d’une culture dont elle sait faire ressortir les valeurs intrinsèques en magnifiant la portée poétique des mots .
Lynda Graba
El Moudjahid
PUBLIE LE : 30-05-2011

3 thoughts on “Ninisse la petite Berbère de Fatima Kerrouche

  1. C’est bien. Les enfants d’El flaye on eut la chance de connaitre cette écrivaine, de discuter avec elle, et tout le monde a lu ses livres. bravo, et un bonjour a Fatima.

  2. comment peut on se procurer ce livre? je vis en France avec ma femme Nora d’origine kabyle ,je voudrais lui offrir ce livre…
    je suis venu en kabylie à Bejaia en Août 2009 ,j’espère revenir en 2012
    vous avez le bonjour d’un français

Répondre à Un ami de "Ce zig " Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *