Sidi-Aich : 70 logements sociaux attribués

Sidi Aich : La liste des pré bénéficiaires a été rendue publique.

Un parc immobilier composé de 70 logements publics locatifs (LPL) vient d’être attribué à Sidi Aich. En effet, la liste des heureux pré bénéficiaires a été affichée sur le frontispice de la mairie et dans d’autres endroits de la ville, tôt dans la matinée d’avant-hier (mardi). Une source proche du dossier nous a assuré que cette attribution n’a donné lieu à aucun incident. « Cela s’est déroulé dans le calme le plus total. Les attributaires sont à 90 % originaires de Sidi Aich. Nous avons reçu pas mal de messages, anonymes pour la plupart, de citoyens qui expriment leur satisfaction par rapport au travail accompli par la commission de logement », nous a indiqué notre interlocuteur.

« Toujours est-il, enchaine-t-il, que les postulants qui s’estiment lésés, peuvent introduire des recours dans les délais réglementaires ». Joint au téléphone, un membre de la commission ad hoc nous a fait savoir qu’un travail de bénédictin a été réalisé durant de longs mois pour traiter tous les dossiers des souscripteurs dont le nombre « dépasse 1500 », affirme-t-il. « J’avoue avoir de la peine de faire des malheureux parmi les demandeurs de logement, mais il n’y a pas d’autres alternatives quand vous avez une aussi forte inadéquation entre l’offre et la demande », nous dira-t-il. D’aucuns parmi les chanceux pré bénéficiaires de ces logements, nous ont fait part de leur félicité de voir le rêve d’une vie prendre des contours concrets. « Ce jour, je l’attendais depuis plus d’une décennie. Inutile de vous dire que je suis aux anges. Nous avons, moi et ma famille, tant enduré les affres de la précarité », jubile, la mine éclairé, un père de famille. « Troquer sa masure délabrée contre un logement décent, cela n’arrive pas tous les jours. Je rends grâce au ciel et je remercie les autorités locales de m’avoir délivré de l’écume des souffrances », renchérit un autre pré bénéficiaire, comblé d’aise.

N.Maouche 07 12 2011

————————————————-

Sidi Aïch : Des logements RHP dans l’impasse

Un parc immobilier de 28 logements, érigé au niveau du quartier Maâla dans le cadre de la résorption de l’habitat précaire (RHP), se trouve dans l’impasse. Et pour cause : les immeubles en état de carcasse, sérieusement ébranlés par le séisme de l’année 2003, nécessitent des travaux de confortement de leur structure. Or, les locaux commerciaux du rez-de-chaussée ont été vendus bien avant, par le maître de l’ouvrage, l’OPGI en l’occurrence. «Les acquéreurs qui ont installé leurs fonds de commerces et leurs ateliers artisanaux refusent catégoriquement d’évacuer les lieux», nous dira un élu de l’APC de Sidi Aïch, pour expliquer le statu quo. Par ailleurs, et toujours dans le cadre du programme RHP, 10 autres logements sont en voie d’achèvement, tandis qu’un autre parc de 80 unités réceptionné depuis des lustres, demeure toujours vacant. «Tous ces logements sociaux sont destinés exclusivement pour le recasement des habitants de la cité des oliviers. Mais, il va falloir attendre que les logements soient livrés dans leur totalité pour pouvoir procéder au recasement de toutes les familles concernées», souligne le responsable de l’APC de Sidi Aïch. «Nous défendons ce dossier qui nous tient vraiment à cœur, d’autant plus que l’éradication de cette cité est une promesse de campagne électorale», affirme M. Ouzani, le maire de Sidi Aïch. Pour les habitants de la cité des oliviers, située en surplomb de la ville, l’attente d’un logement décent se fait languissante. «Il faut visiter les dédales de notre cité pour toucher du doigt la souffrance de ses occupants et prendre la mesure du problème», tempête un vieil homme habitant cette cité, composée de masures en tôle ondulée et de cahutes faites de bric et de broc. «Il faut rappeler, car on a souvent tendance à l’oublier, que nous occupons un centre de regroupement qui date de l’époque coloniale. En 50 ans, la population a plus que décuplé et plusieurs familles se retrouvent entassées dans des cagibis, dans des conditions de promiscuité et de précarité extrêmes», glapit un autre résident de la cité des oliviers, tout en appelant de ses vœux la fin proche de leur calvaire.

N. Maouche 07 12 2011
Photo http://www.depechedekabylie.com


Nombre de lectures: 2673 Views

Publié par Samir

Administrateur du site et originaire de Leflaye. Vous pouvez me suivre sur mon blog Hchicha.net, sur mon Twitter ou sur mon Facebook .
Add Comment Register



Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*