SIDI AÏCH – ENVAHIS PAR DES COMMERÇANTS OCCASIONNELS Les trottoirs squattés

Arezki Toufouti 29 07 2012
depechedekabylie.com

Comme à chaque arrivée du mois sacré de Ramadhan, la plus importante artère commerciale de Sidi Aïch, l’avenue du 1er novembre qui traverse la ville de bout en bout, se métamorphose et devient méconnaissable.

Le nombre de commerçants et autres vendeurs de certains produits très prisés en ce mois, envahissent chaque coin et recoin de cette avenue. En effet, ces commerçants occasionnels proposent une multitude de produits de large consommation durant ce mois où les citoyens ne pensent que pour, et par, leurs ventres. A cet effet, la vente de pain, croissants, Zlabia, kalb ellouz, gâteaux orientaux, diouls, herbes aromatique et autres reste leur terrain de prédilection. Le pont piétonnier du centre-ville, qui enjambe la Soummam, n’est pas du reste. Tout au long, des jeunes ont installé leurs étals et vendent toutes sortes de produits, notamment des fruits. Même topo à l’entrée du marché de la ville et juste à quelques mètres de la mairie. Cette situation a fait que les piétons ont perdu l’espace vital qui était le leur, les trottoirs. Une contrainte qui les obligent à marcher sur la chaussé, contrariant du coup les automobilistes qui trouvent déjà toutes les peines du monde à se déplacer au centre-ville, l’après midi de chaque journée notamment. Il faut dire que même les agents de l’ordre chargés de régler la circulation se retrouvent parfois dans des situations inextricables. Sur le plan sanitaire, le danger plane dans la cité avec tous les produits alimentaires exposés à longeur de journée sous un soleil de plomb et en l’absence des moindres mesures d’hygiène.

Arezki Toufouti


Nombre de lectures: 1154 Views

Publié par Samir

Administrateur du site et originaire de Leflaye. Vous pouvez me suivre sur mon blog Hchicha.net, sur mon Twitter ou sur mon Facebook .

Add Comment Register



Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*