Thala N’tazarth, la fontaine aux figues… par Rabah Bellili

talaThala N’tazarth
La fontaine aux figues
Qui se souvient des figues ?
Moi je n’en n’ai souvenance.
Mais je me souviens
Des enfants se baignant dans le bassin de la fontaine
Du retour des maigres troupeaux
Des haltes des mulets ou des bourricots
Des rendez vous dans l’apaisante atmosphère du soir
Je me souviens de mes amis
Des rencontres imprévues
Nous marchions sur les routes et les chemins
Mots et maux, plaisirs et bonheur d’un autre temps
Thala N’tazarth
Croisée des chemins
Porte et seuil de trois maisons, trois villages, une famille
Ce n’est pas moi qui l’ai dit
« On emporte un peu sa ville au talon de ses souliers… »
On emporte un peu sa fontaine, ses chemins et son village
Au fin fond de sa musette
Comme un viatique permanent et invisible
Un chant de chez soi
L’incantation de nos mères
Portée par l’écho
Loin, loin au dessus de nos collines et nos ravines
Loin, loin au plus profond de nous même
Thala N’tazarth
Une eau douce et brillante
La fraîcheur et la tendresse du passé.
Rabah Bellili
Le 23 juillet 2015

 


Nombre de lectures: 1350 Views

Publié par Samir

Administrateur du site et originaire de Leflaye. Vous pouvez me suivre sur mon blog Hchicha.net, sur mon Twitter ou sur mon Facebook .

Add Comment Register



Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*