L’homme qui n’avait rien compris – Youcef Zirem

Michalon. Sortie 07 Mars 2013

Le mot de l’éditeur

youcef-ziremDaniel Benyacoub Laurriat tente de dire pourquoi il n’a pas voulu enterrer son père, mort à Paris durant la canicule de l’été 2003. Les pans de son histoire vont se soulever doucement, progressivement, au fil d’un récit dont le rythme restitue le ressac permanent d’une mémoire qui se confond avec celle d’un pays encore exsangue, l’Algérie. Daniel est d’origine juive. Sa famille fait partie de ceux qui sont restés en Algérie après l’Indépendance. Son père, Joseph, a longtemps conseillé l’armée algérienne avant de tout quitter pour suivre sa maîtresse, laissant son épouse, Sylvia, et son jeune fils de dix ans en Algérie. Les souvenirs d’enfance, parfois douloureux, parfois lumineux, se mêlent et répondent à la vie du narrateur, aujourd’hui adulte porté dans Paris au gré de ses promenades et de ses rencontres. Virginie, Laurent, Amine, Adriana et tant d’autres : par petites touches, tous redonnent doucement couleur et vie à l’existence de cet homme solitaire et contemplatif, absent de lui-même.

Biographie

Youcef Zirem est journaliste et écrivain algérien. Il a travaillé pour de nombreux journaux algériens et a également dirigé, en 2003, la rédaction de l’hebdomadaire Le Kabyle de Paris. Il est l’auteur de plusieurs romans sur l’histoire de l’Algérie et d’un recueil de poésie. Il vit aujourd’hui à Paris et anime l’émission Graffiti sur Berbère TV.

 

Disponible dans toutes les bonnes librairies et sur internet

– ici http://www.librairie-de-paris.fr

– Et là http://www.amazon.fr/Lhomme-qui-navait-rien-compris…


Nombre de lectures: 2434 Views

Publié par Samir

Administrateur du site et originaire de Leflaye. Vous pouvez me suivre sur mon blog Hchicha.net, sur mon Twitter ou sur mon Facebook .

Subscribe to Comments RSS Feed in this post

Une Reponse

  1. Bonsoir,
    Je viens de finir de le lire et franchement, je ne suis pas déçu. Un voyage à travers Paris, pour se retrouver à Boumerdès (au Rocher Noir) en passant par Sidi-Aich pour parler de Mouhand Ahthouth… Même le café de Da Tahar Ava3ouz et son frère Baha y est!
    Vous savez?
    Celui où nous avons mangé un couscous royal offert généreusement par Baha 🙂 un vendredi dans ce fameux quartier du 18ème à coté de Barbès!
    Il y a tellement de choses à raconter, je vais vous laissez les découvrir…
    Ce juif, Daniel, on le sent proche de nous, les Algériens.
    Il nous parle avec un langage compréhensif, ce langage universel que les algériens utilisent tous les jours. Ce juif parisien, ne peut être qu’Algérien…

Add Comment Register



Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*