Paroles de pierres… par Rabah BELLILI

Revenons à la meule et aux pierres de chez nous.

Revenons aux pierres des champs, des sentiers ou bien aux pierres tranquilles n’importe ou sur les places, aux coins des ruelles, ou tout à côté des seuils de porte.

Elles sont les témoins silencieux de nos histoires, de nos maisons, de notre temps celui de l’innocence ou de l’inconscience irraisonnée qui ne fait que passer.

Un poète a dit  » si une pierre te parle écoute là ».
Si une pierre te sourit, souris lui aussi.
Ce n’est pas une plaisanterie, loin de là .
Je ne suis pas fou, un peu brut peut être comme dirait Dubuffet.
Les pierres parlent.
Les pierres chantent.
Les pierres dansent.
Les paroles des pierres sont des paroles de pierres, naturelles et consistantes.
Elles ne parlent pas que dans les contes
Elles ne parlent pas que dans les temps anciens.
Elles parlent au présent.
Elles parlent avec tendresse et nostalgie le langage de la vie depuis la nuit des temps.
Elles parlent d’hier et de bien avant.
Elles parlent d’aujourd’hui.
Nous avons tant de préjugés.
Quelqu’un a dit en parlant d’un autre homme il a un cœur de pierre.
Pourtant les pierres ont une âme, une sensibilité, une personnalité.
Une pierre ne s’exprime pas que par sa forme et sa matière.
Elle a tant de secrets et ne se livre que dans l’intimité, la réserve et la discrétion, tout en sagesse.
Jamais vous ne surprendrez une pierre pleurer.
Mais le matin, vous pourrez sentir et toucher ses larmes.
Pierres de chez nous, vous êtes un peu à notre image, un peu rudes, pleines de tendresse, de maladresse et pourtant si singulières parmi vos congénères.
La meule tourne comme le temps qui passe,
« Sous le pont de nos bras, les éternelles regards de l’onde si lasse ».
Je sais cela n’a rien à voir, mais j’ai posé une pierre sur ce pont et la nuit, la lune mira beaux souvenirs en ma mémoire.

C’est ainsi que les paroles du poète reviennent en mon esprit:
 » Passe le temps, sonne l’heure, les jours s’en vont et je demeure ».

Rabah BELLILI 29 09 2012


Nombre de lectures: 2143 Views

Publié par Samir

Administrateur du site et originaire de Leflaye. Vous pouvez me suivre sur mon blog Hchicha.net, sur mon Twitter ou sur mon Facebook .
Subscribe to Comments RSS Feed in this post

2 Reponses

  1. J’aime bien ce poème!
    Merci Mr Rabah BELLILI. La Pierre fait partie du quotidien des kabyles, c’est vrai qu’elle a une plece importante dans la cité.
    Merci encore de nous parler avec ton language de sagesse.
    A très bientôt.
    Salam Alikoum

    • Merci pour le commentaire Nabil. Pour information c’est la photo qui a été l’inducteur du texte. Comme il faut rendre à Tahar Taibi ce qui n’appartient pas à César, cette photo est de lui. Nos pierres parlent c’est vrai. Je me souviens, il n’y a pas si longtemps pourtant, de mon oncle Da Mohand, un ancien fort des Halles qui après une vie dissolue, vagabonde et à la cloche de bois s’en est retourné au payx pour devenir casseur de pierres. Il réduisait la taille des grosses pierres des champs, puis avec des ânes empruntés les ramenait au village. Les pierres devenaient maisons. Dans ces pierres, il y a un peu, et même beaucoup de notre terre. Je me souviens de mon grand père El Hadj Mohand Oul Mouhoub, dont la piété ét la sagesse étaient citées en exemple. Je ne l’ai pas connu mais grâce aux pierres de Thala Yesli. mon père a fait sa maison.. C’est ainsi les pierres sont notre histoire profonde et intime. Amicalement. RB

Add Comment Register



Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*