Photo El Flaye Olympique Minimes Filles – Championnat d’Algérie 2011

Photo de l’équipe d’El Flaye Olympique minimes filles lors de la finale du championnat d’Algerie contre l’ASW Bejaia (2011)

El Flaye Olympique minimes filles 2011

Merci à l’ami Nasser Alilouche pour le partage de ce beau souvenir.


Nombre de lectures: 20488 Views

Publié par Samir

Administrateur du site et originaire de Leflaye. Vous pouvez me suivre sur mon blog Hchicha.net, sur mon Twitter ou sur mon Facebook .
Subscribe to Comments RSS Feed in this post

31 Reponses

  1. bravo les filles, toute la vallée de Soummam et fière de vous.

  2. bravo les filles surtout a ma cousine celle a coté de l’entraineur qui adore le sport . bonne continuation

  3. Très sympa la photo.

    Nos filles, de vraies petites Irlandaises ! Allah ibarek .

    Je suis vraiment fier d’elles.

    Un grand bravo à leur entraîneur, cheikh Omar.

  4. azul,

    Oui nos fille sont belle, le comble c’est que les deux terrains a s’avoir la voutte et le terrain sont en chantier.

    Je me demande ; si nous avons des managers ( gestionnaires) dans cette communes qui possedent des tete sur leurs epaules !! ???

    Nos beautés se trouvent sont stade et sont entrainement.

    no comment…..

  5. Etre fier c’est bien.Les aider c’est mieux !!

    J’ai assisté aux différentes rencontres de cette équipe.Elle mérite d’être soutenue.Leurs moyens sont très limités (manque d’équipement,lieu d’entraînement vétuste voire inexistant…) Il faut donc faire quelques chose. Cela est valable également aux différentes activités déjà existantes sous peine de le voir disparaître ! Il en va de l’avenir de nos enfants et de nos proches.Même si pour certains d’entre nous, vivons à l’étranger.
    Amicalement

  6. Tout à fait d’accord
    Amicalement

  7. Etre d’accord ne suffit pas , c »est à l’Etat de voir ça et si vous vous adressez aux émigrés j’aimerais vous dire qu’ ils ne sont pas non plus dans le paradis .

    • On sait que vous n’êtes pas au paradis mais faire un petit geste de temps en temps pour aider nos associations ne vous fera pas de mal non plus.
      Amicalement.

  8. Bonjour,
    Je partage l’avis de Lamia malgré la bonne attention de Radmo.
    Si j’étais émigré et que j’arrivais à mettre un peu d’argent de côté, je donnerais un petit quelque chose à des personnes démunies et à titre privé. Ca ne réglera jamais leurs problèmes, je sais , mais je suis sûr que ça les soulagera un court instant. Et ça pour moi, ça vaut de l’or.Bref !
    Quant aux associations et toutes autres structures d’utilité publique, je continue à penser qu’il est du rôle et du devoir de l’état, via l’APC de s’en occuper.
    L’Algérie fait je crois partie des 10 ou 20 pays les plus riches au MONDE. C’est à lui et à lui seul d’assumer et d’assurer ses responsabilités. Et la 1ère de ses responsabilités en ce qui concerne précisément notre commune ,c’est d’acheter un maximum de terrains. Sans foncier , il n’ y aura JAMAIS rien de nouveau chez nous. Même si vous confiez la gestion d’El-Flaye en l’état actuel à l’Amérique, elle ne pourra rien faire SANS TERRAIN.
    Si nous n’arrivons pas à comprendre encore que c’est là, le problème de fond, je suis désolé de le dire aussi directement mais nous n’avons R . I . E. N compris !

    Des projets nous passent sous le nez ,depuis des années à cause de ce foutu problème !
    Il a fallu rayer de la carte un chemin que nous avons tous un jour emprunté( tala t’ghanimt à l’école de filles), d’étouffer et de défigurer complètement une aussi belle école que celle de lécole de filles pour construire une petit centre de formation et des quelques locaux.
    A El-Flaye , il ne reste que les cimetières comme propriété publique.

    tanemirt

  9. Notre école de garçons, ( plus que CENTENAIRE) digne d’un musée de savoir et d’intruction dont est fière toute la vallée de la Soummam, est actuellement enterrée et encerclée par des bâtisses anarchiques tout autour.
    Résultat ? On ne voit plus cette école de nulle part. Le jardin d’entrée de cette école où j’ai moi-même découvert pour la première fois de ma vie des rosiers, un palmier, des muriers…est aujourd’hui barricadé par des boutiques de MERDE ! (Excusez-moi pour le mot , je suis un peu ému ! ).
    Comment l’APC ( je veux dire l’état ) peut-il laisser faire de tels massacres ???

    *** Il n’ y aurait eu jamais eu cette école si la France coloniale n’avait pas exproprié ce terrain à un citoyen d’El Maâdi .Il n’ y aurait jamais eu le siège même de l’APC, ni celui de bibliothèque si la France coloniale n’avait pas exproprié deux familles d’El-Flaye.

    Il ne s’agit pourtant plus d’exproprier qui que ce soit aujourd’hui, mais l’état (je me répète encore) doit acheter du terrain au prix fort s’il le faut et par la force de la loi de force, si nécessaire !

    Ouuuuf , c’est énervant tout ça !

  10. Je pense qu’il faut éclaircir une chose : TOUT LE MONDE EST d’ACCORD pour dire que nos associations et toutes autres structures d’utilité publique doivent être subventionnées par l’ETAT via l’APC
    Radmo ne reste pas les bras croisés et EST plutôt RESPONSABLE et via le collectif de LeFlaye il essaye d’aider sa commune ! Je vous rappelle que les gens qui cotisent au sein du collectif sont ceux qui travaillent (pas les chômeurs sans papiers.) En ayant du bon sens, je dirai même que c’est un devoir. Je connais des villages qui font cela depuis plus de 100 ans Et tous les citoyens y contribuent !
    Je ne suis pas d’accord que l’Etat Algérien doit assumer seul ces responsabilités. Le peuple aussi doit le faire, sinon cela ne marchera jamais.
    Merci

  11. Je suis tout a fait d’accord que Leflaye comme partout en Algérie ne possède aucune Norme de construction. Cela se fait anarchiquement ! Cela malheureusement c’est l’APC qui doit changer les choses.
    Acheter un maximum de terrains serait une très bonne chose ! Revendiquons-LE !
    Tanemirt

  12. Je suis tout à fait d’accord avec toi « Elflaynaute » dans la mesure où l’on donne un petit coup de pouce symbolique à une structure associative encore faut-il que cette structure existe !!!
    Pour monter un projet sérieux, toutes les cotisations de tous les émigrés d’El-Flaye REUNIS , où qu’ils se trouvent à travers le monde entier, ne suffiront pas à acheter un seul terrain de 500 m2 .
    -Compter environ 700 millions de centimes pour un tel terrain nu , plat constructible dans un endroit accessible, quelque part aux abords du village.
    -Compter environ 10 milliards de centimes pour espérer se doter d’un modeste terrain de foot-ball.
    -Entre 5 à 10 millards de centimes pour un terrain de volley ball à peu près correct pour ces charmantes sportives.

    C’est de milliards dont il est question ici, camarade !

    Je ne parle pas de petits cadeaux qu’on offrirait à des associations du genre: 2 ballons de foot, un sifflet pour l’arbitre, un clavier d’ordinateur, 3 calculatrices, 2 raquettes de Ping-Pong, une rame de papier, une cafetière électrique, etc..

    ————————-On n’est pas dans ce registre là !——————————

    Quand il s’agit de milliards, ça relève des prérogatives et du pouvoir financier de l’Etat. autrement dit ,c’est aux portes de la SONATRACH qu’il faut toquer…

    tanemirt
    .

  13. Bonsoir
    Excuse-moi, cette fois-ci, mon point de vue est différent !
    L’Etat nous a abandonné certes mais il lâche du lest de temps en temps. Beaucoup de projets sont subventionnés mais on ne voit pas « la couleur » des réalisations. Il faut soulever ce problème.

    La solution que je propose est de travailler ensemble, citoyens et APC pour définir un projet commun et le soumettre pour qu’il soit budgété.
    Dans ce cas beaucoup de propriétaires vont nous vendre des terrains à des prix corrects !

    Oui, ce qui est fait actuellement est un petit coup de pouce symbolique. Mais si tout le monde met la main à la poche pour INVESTIR, car c’est de cela qu’il s’agit, nous réaliserons des projets pharaoniques. L’une des choses que j’ai apprise ici dans ce monde hyper-développé c’est que tout est investi pour 20 ans, un siècle, un millénaire… Pour les générations à venir.
    C’est le 17ème point :

    17- Penser aux générations futures :
    Si nous devons évoluer, je pense que cela doit être dans ce sens ! Ce n’est pas s’habiller sexy, ou n’importe comment ! Ce n’est pas se comporter exactement comme les sociétés occidentales. Non, nous avons une culture différente et nous devons évoluer à notre manière. Nos ancêtres n’investissaient pas pour nous. Il y en a qui ne le font même pas pour leurs propres mômes. Il faudra comprendre que tous les enfants du futur sont nos enfants ! Il faudra penser société berbère ! Sommes-nous vraiment un peuple non solidaire ? Ne pouvons-nous pas s’unifier comme les doigts de la main et bâtir ensemble notre commune ?

    Je vous fais un petit calcule rapide, pour monter un projet sérieux :
    J’appelle population de Le-Flaye : PL
    Et soit Les LeFlayois de France : PF

    PL = 8 000 personnes
    PF = 100 personnes
    Si on considère que 70% du peuple de Le-Flaye n’a pas de revenu,
    Donc 30% PL peut mettre la main à la poche ! Nous allons demander de payer 1000 Da
    Ce qui fait une Somme 30% PL =1 000 Da X 3000 personnes
    = 3 000 000 Da
    Nous allons demander en France 100 €
    => Somme PF = 100 X 100 €
    = 10 000 €
    = 1 000 000 Da
    Sur cette simple cotisation nous obtenons une somme totale St = 4 000 000 Da
    400 millions quoi ! Il est faisable de réajuster cela de trouver d’autres solutions !
    Avec à l’appuis une promesse de vente d’un terrain ! Présenter un dossier de cette manière va interpeller les autorités et ils vont y réfléchir à deux fois et ne jetterons pas notre dossier aux oubliettes !

    Alors pour monter un projet sérieux, il faudra le faire tous ensemble ! Nous devons choisir des personnes de confiance qui vont gérer cet argent et veiller à suivre le projet de sa création jusqu’à sa réalisation finale !
    Se faire confiance c’est possible ?
    Etre solidaires c’est possible ?
    Travailler pour les générations futures (nos enfants) est-ce possible ?
    Oui c’est de milliards dont il est question ici. Nous pouvons le faire.

    • Bonjour,

      Malgré quelques différences dans la conception de certaines choses, comme ne pas oublier que nous ne sommes pas dans un pays qui fait tout ce qu’il peut pour ses citoyens pour que ces citoyens participent à l’effort ;

      Mais malgré moi et dans le SEUL intérêt de notre village et uniquement celui-ci, j’adhère, totalement, au 17ème point.

      C’est-à-dire que si je suis sollicité pour une cotisation, je répondrai, présent !

  14. PS: désolé pour l’errur, 3 000 personnes = 37,5 % PL. J’ai arrondi simplifiant un peu trôt!

  15. On nous dit que l’Algerie fait partie des 20 pays les plus riches et que l’état doit prendre en charge les associations.
    Les USA est la première puissance mondiale, la France est cinquième et pourtant les associations dans ces pays riches fonctionnent aussi grâce aux DONS des particuliers.
    Si certains veulent attendre l’état pour se bouger, il peuvent toujours attendre.
    La bibliothèque (Association Savoir et Patrimoine) a organisé des cours de soutien scolaires, des cours de jeux d’échec, des excursions, des conférences etc…
    Tout cela avec les DONS des particuliers, une femme d’El Flaye vivant à l’étranger a fait un don il y a tois ans de quelques ordinateurs pour initier les enfants village à l’outil informatique.
    L’association est dirigée par des bénévoles qui n’hesitent pas à mettre la main à la poche pour financer certaines activités.
    Pour les milliards, ce n’est pas mon truc .
    Amicalement.

    • Aux USA et en France , l’Etat donne les locaux et les collectivités font ce qu’elles peuvent…c’est après qu’interviennent les dons, la bonne volonté et l’envie de faire…etc…etc…

      Pour l’inititiation de nos enfants à l’informatique, toutes nos écoles et à l’échelle nationale, disposent d’une salle informatique dotés d’ ordinateurs. Cela, s’est fait depuis des années déjà, et c’est un BON point pour l’Etat que nous ne pouvons pas nier mais que nous n’avons pas à remercier puisqu’il l’a fait avec l’argent du peuple.

  16. Le sujet des constructions catastrophiques m’a interpelé et cela m’a rappelé un livre que j’ai lu il y a quelques mois ! Permettez- moi de vous parler de Mr Abdenour DJELLOULI, un grand architecte qui a fait ces études en France et qui est revenu là-bas en Algérie pour y travailler. Il s’est beaucoup intéressé au logement social ! Il dit, je le site : « j’ai un sentiment de gâchis, et de laideur. Je pense aux cités qui ceinturent Alger, aux maisons construites grâce à l’argent des émigrés en Kabylie et toujours à moitié achevées, aux complexes industriels implantés sur les terres agricoles de la Mitidja ou les plages de Skikda. »
    Selon lui, c’est la faute de l’Etat. « La situation est due à l’incapacité des autorités algériennes à prendre en charge la restructuration de l’espace urbain nécessaire après le départ des Français. »
    Il site le travaille remarquable qu’a commencé Pouillon à Alger en 1955 en construisant vite et bien : « il introduit des procédés de construction originaux et simples (structuration des immeubles autour de blocs de pierre taillée, assemblés les uns aux autres). Les espaces extérieurs sont traités avec soin… Pouillon a réussi à créer en un temps record une belle architecture à coût réduit. » Au contraire L’Etat, après l’indépendance, a favorisé les ghettos dans les grandes villes !
    Je peux vous en dire long sur tout ce que je sais de lui si vous me le demandez !
    Sinon en voici un petit ouvrage à lire : Ager, une ville sans mémoire de ? de Mr Abdenour DJELLOULI.

    Merci

  17. Un architecte nous a quitté : Abdenour Djellouli.
    aoudjhane le Mar 16 Jan 2007 – 9:11

    .Abdenour Djellouli. Architecte
    La légende et le sens

    C’était le sujet de son projet de fin d’études à Paris d’où il revint en 1976, enfin architecte, piaffant d’impatience, passionné par cette discipline qu’il entendait comme une machine intelligente à dispenser du bonheur. Il avait appris hélas que la fameuse berge ne deviendrait pas la Grande Promenade des Algériens qu’il avait dessinée.
    Il avait vu se dresser les cuves de métal et les structures de cette usine qui bientôt s’appliquera aussi à dessaler notre mémoire d’un trésor irremplaçable : la vue magnifique sur la ville et la rade jusqu’à la pointe légendaire de l’Amirauté, ce travelling quasi cinématographique de la route Moutonnière quand on entre à Alger. C’était à ses yeux une page de plus au sinistre mode d’emploi qui pourrait s’intituler : « Comment rendre un pays de plus en plus affreux quand il n’est déjà pas facile à vivre ? » Les monuments délaissés ou pervertis, le mauvais goût porté par l’argent inculte, l’enracinement d’un constructivisme d’Etat dédaigneux de la réflexion. Il avait vu enfin La Casbah — ce lieu qui a donné son nom au pays et par conséquent à chacun de nous — se nécroser, pendant même qu’on la clamait joyau du patrimoine universel et preuve de la vaillance millénaire de notre peuple. Tout cela le minait, autant que sa maladie, affrontée plus de 4 ans avec une incroyable dignité, jusqu’à l’orée de ses 56 ans. A son retour, il s’était lancé à la recherche d’une nouvelle architecture, résolument moderne mais inspirée de notre patrimoine, authentique mais libérée du folklorisme qui fait passer une arcade par ci, une faïence par là, comme une marque d’algérianité, quand l’école néo-mauresque, archétype de l’architecture coloniale, faisait déjà mieux en disposant d’artisans algériens émérites. Dans son travail, comme dans son vécu, il ne cherchait pas l’anecdote et le détail, mais la légende et le sens. Il prônait, à la suite des grands architectes fascinés par les édifices traditionnels d’Algérie, combien ces derniers étaient modernes avant l’heure, non pas dans leurs décors, mais dans leurs structures mêmes, leur adaptation subtile au site et au climat et une gestion rationnelle des espaces. Il croyait en la possibilité d’une architecture algérienne novatrice, fondée sur l’histoire des constructions dans notre pays et une reconnaissance critique des concepts et œuvres des architectes contemporains y ayant travaillé, tels Pouillon, Le Corbusier, Claro et autres. Il se sentait proche du langage architectural de Roland Simounet, seul de ces architectes brillants à être né en Algérie et dont la démarche lui paraissait pertinente. Abdenour Djellouli n’eut pas la possibilité d’affirmer sa démarche. Il n’accéda que rarement aux commandes publiques, incompris des décideurs parce qu’il défendait le droit des architectes à la création, ne tolérant pas que des projets d’intérêt social soient envisagés dans une dérision de pensée et d’objectifs. Pour lui, toute construction devait s’intégrer dans l’harmonie d’un besoin avec une histoire, une culture et un lieu. Très sollicité pour la conception de demeures privées, souvent par des ambassades, des industriels lettrés ou des cadres, il a donné là toute la mesure d’un talent qui rêvait pourtant d’édifices collectifs. Il ne cessait de lire, essais et grande littérature, attentif à tous les arts, fin débatteur d’idées à l’écoute attachante. Il laisse quelques écrits précieux. Sa contribution à la revue Esprit (Spécial avec l’Algérie, parue en janvier 1995, publiée en ouvrage en 1998 aux éditions Odile Jacob, Paris) qu’il avait intitulée « La ville absente » et dans laquelle il traitait du traumatisme de l’espace et de la ville en Algérie. De même, à la même période, il se signala par un article marquant dans Le Monde ainsi que diverses analyses spécialisées. Adepte invétéré de la beauté, il était capable d’aller cueillir sur les flancs du mont Chenoua le spectacle du soleil levant sur les eaux de Tipaza, en discourant de poésie avec un ami. Il considérait le Chouay derrière la place de Chéraga comme le meilleur restaurant de la capitale. Vendredi dernier, dans le cimetière de Sidi Abderrahmane Ethaâlibi, patron spirituel d’Alger, dans ce mausolée où il vécut en partie – son père, Cheikh El Miliani, ayant été près de 30 ans l’imam éclairé de ce lieu – il y avait foule. Une foule émue où se côtoyaient maçons, hauts fonctionnaires, plombiers, grands managers, petits commerçants, artistes, garçons de café, ministres et chômeurs, dans une diversité qui faisait grâce à son respect et sa générosité à l’égard de tout être. L’image d’une Algérie telle qu’il l’avait rêvée. Ensoleillée et fraternelle.
    Ameziane Ferhani, el watan.

  18. Voici ce qui se passe dans le pays le plus riche du monde et première puissance économique mondiale.
    Ces pauvres malheureux attendent l’état depuis des années !
    http://www.youtube.com/watch?v=UBn-jcdOUgI

  19. 3 millions d’exclus sur 350 millions qui vivent correctement, moi, je trouve
    que c’est pas mal.

    Si le système économique Américain se socialise davantage, il y aura plus d’égalité ( dans la pauvreté) .

    A l’inverse, en Algérie, il y a 3 milllions qui vivent bien et 30 millions qui ne vivent pas bien du tout.

    Avec plus de 1300 milliards de dollars de dettes, les USA est le pays le plus endetté au monde. Il a énormément de dépenses.
    Les recherches scientifiques et la NASA a elle seule engloutissent des centaines de milliards.
    Du reste , pour le libéralisme, c’est l’économie qui fait le social et non l’inverse.
    Faire beaucoup d’argent ,toujours plus, pour redistribuer ensuite. Il est tout à fait normal que ça fasse quelques pauvres…
    OBAMA n’arrive toujours pas à faire voter une loi sur la sécurité sociale.
    Pour le congrès américain :  » le salarié est très bien payé et c’est donc à lui de payer ses soins. Il n’a qu’à diminuer son train de vie (grosses voitures , grands pavillons etc…) pour payer sa mutuelle « .

    Cette vidéo ne dit pas que ces  » pauvres » gens peuvent trouver un travail s’ils acceptaient de s’éparpiller un peu partout à travers les USA..

    Mais il ya une chose que je ne comprends pas, je l’avoue !
    S’il ya autant de malheureux aux USA

  20. Suite …. (désolé le commentaire est parti tout seul ? !)

    …je ne comprends pourquoi, ils continuent à recruter des centaines de milliers d’immigrants chaque année ?
    Le dernier d’El-Flaye à être parti aux USA , il y a à peine deux mois, a déjà un logement et un travail ???

    Radmo, je ne cherche pas à te contredire mais si tu le prends mal , moi, j’arrête . Ca ne me pose aucun problème !

    tanemirt

  21. Reportage en 4 parties (en arabe) , diffusé sur la chaîne publique algérienne.

    Rien que dans l’Etat de Chicago, il y a 2000 algériens établis depuis 1990. Ils ont tous logés, ils travaillent , ont réussi et aident leurs familles restées en Algérie, à s’en sortir.

    C’est aussi ça , les USA !

    http://www.youtube.com/watch?v=noG5nDZoahI&feature=related

  22. Il y a les grandes choses que l’Etat doit faire et d’autres auxquelles, le citoyen doit (si l’état l’y encourage) participer.

    Voilà où je veux en venir !

    tanemirt

  23. Ah-oui, une chose très très très importante pour moi et je termine avec ça :

    Je n’ai fait que donner mon point de vue. Par définition, un point de vue n’est pas une science exacte. Donc, il se peut que je raisonne mal.

    Amicalement et peut-être à bientôt !

  24. Bonsoir à tous.
    Je remercie les personnes qui interviennent ici. Ce débat n’est pas extraordinaire, mais c’est fait avec cœur. Cela montre cette volonté de changer le quotidien qui nous oppresse. Les personnes qui habitent à l’étranger sont forgées là-bas il ne faudra jamais l’oublier. Nous connaissons très bien l’Etat qui a pourri notre vie. Ce qui nous caractérise c’est cette volonté de réussir malgré tout, de se battre, de réaliser ses rêves. On va continuer de le faire et ne nous en voulez pas de continuer à le faire ! Le message qui en sort ici :
    – c’est de ne pas croiser les bras
    – c’est d’essayer de se remettre en question
    – c’est d’essayer de s’en sortir avec d’autres moyens.
    Pourquoi comparer les USA avec notre pays ? Ils ont tous les 2 leurs inconvénients et leurs avantages.
    Alors cela ne choque personne que les USA aient 1300 milliards de dette ! Vous savez comment ils vont les effacer ? En faisant des guerres et en pillant des pays qui ont du pétrole, en se servant gratuitement comme des voleurs !
    Ceux qui arrivent aux USA n’ont rien du tout, c’est du crédit ! A Le-Flaye nous appartenons aux catégories les plus riches au monde! Nous avons des maisons qui nous appartiennent, des champs cultivables à nous ! Les citadins ont des appartements pourris dans des immeubles gigantesques et des voisins qui ne rentrerons jamais boire rien qu’un petit café! Nous pouvons discuter longtemps sur ce sujet, mais à vrai dire cela ne m’intéresse pas vraiment ! Ce qui m’intéresse c’est de changer et de développer notre commune.
    Le développement durable, c’est penser aux générations futures ! Investissons pour eux et nous ne le regretterons jamais !

  25. jespert qil yora une continuation pour ses jeune talons aller l etat eder les

  26. franchement, très belle prestations de nos jeunes petites princesses, et je n’oublierai pas de saluer aussi la rigueur de leurs entraineur Cheikh Omar, bonne continuation …

  27. Bonjour,
    Merci les filles, franchement ça fait chaud au cœur.

    un grand merci à chiekh Omar.
    Bon courage

  28. oui oui ça se vois qu’elle a un physique sportif, tu as bien raison de l’encourager, de la motiver , alors d’être fière d’elle c’est tte a fait normal, bravo

Add Comment Register



Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.