Sidi Aïch : Le site ne répond plus aux normes Un circuit d’auto-école, dites-vous ?

2014-09-3748_6_763847853Censé être un lieu d’apprentissage de la conduite automobile, le circuit d’auto-école aménagé à la périphérie de la ville de Sidi Aïch ne répond guère aux normes exigées par la réglementation en vigueur.

Entre exiguïté et insalubrité, ledit site ne répond à aucune norme de conduite, de surcroît, et les moniteurs et les candidats ne cessent de montrer du doigt la disconvenance des conditions de travail. Jugé inadéquat pour prodiguer un meilleur apprentissage de la conduite automobile aux candidats, le circuit est pris d’assaut quotidiennement par une foultitude de moniteurs professant des leçons de conduite automobile, en se partageant un minuscule espace, de surcroît exigu et inadapté. 29 auto-écoles se partagent une superficie ne dépassant pas les 150 m2. Ledit circuit est limitrophe de la RN26 en plein virage, ce qui ne rassure guère et les moniteurs d’auto-écoles et les candidats s’apprêtant à quitter le circuit.

Les 29 auto-écoles sont issues de quatre daïras, à savoir Sidi Aïch, Chemini, Adekar et Timezrit, ce qui explique la petitesse du circuit qui ne répond plus aux exigences d’un enseignement efficace pour la conduite d’automobile. « On est astreint de partager l’espace infinitésimal que nous a réservé la municipalité de Sidi Aïch, et qui ne suffit plus pour accueillir un nombre si important d’auto-écoles », dira un moniteur. Cependant, la loi en vigueur exige que l’octroi des autorisations pour les auto-écoles soit subordonné au nombre d’habitants, à savoir une auto-école pour 6000 habitants. Alors, comment expliquer qu’il y a une forte concentration de ces écoles dépassant largement le quota autorisé ?  Le marché hebdomadaire, ayant lieu chaque mercredi, contraint les moniteurs à meubler leur journée par des séances de conduites pour les candidats admis à passer l’examen final, à savoir la circulation.

Ces leçons de conduite ont lieu loin du circuit étant donné que l’espace réservé habituellement aux propriétaires d’auto-écoles est pris d’assaut par les marchands. L’engouement des plus jeunes pour l’obtention du fameux sésame est une aubaine pour les propriétaires d’auto-écoles, en sus, la gent féminine n’est pas indifférente pour décrocher le permis de conduire. Longtemps resté le credo de la gent masculine, le permis de conduire est devenu plus qu’une nécessité et intéresse autant les hommes que les femmes. Il reste néanmoins que la nouvelle réglementation régissant (décret exécutif n° 12-110 du 6 mars 2012) l’exercice des auto-écoles exige un diplôme de licence aux gérants de ces établissements. Cette nouvelle loi n’arrange guère les gérants desdits établissements, car la majeure partie d’entre eux n’a pas de formation supérieure.

Bachir Djaider 10/09/2014
depechedekabylie.com

Read more at http://www.depechedekabylie.com/kabylie/bgayet/142695-un-circuit-dauto-ecole-dites-vous.html#ZMu5LkpHSowYbrIQ.99


Nombre de lectures: 1160 Views

Publié par Samir

Administrateur du site et originaire de Leflaye. Vous pouvez me suivre sur mon blog Hchicha.net, sur mon Twitter ou sur mon Facebook .

Add Comment Register



Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*